Concert Radio Elvis à Annecy le 4 octobre 2016

4 mardi octobre 2016

21h00

Le Brise glace Le Brise glace

18.80 €

Zoom sur les artistes

Plus d'infos sur le concert Radio Elvis à Annecy

LE BRISE GLACE (1.139479 + 2.139480 3.139481) PRÉSENTE

Bien vite comparé à Dominique A, mais proche aussi de Bashung dans la manière de balancer des phrases courtes qui suscitent des images fortes, le groupe Radio Elvis est en train de s'inscrire dans une lignée de rockers amoureux de la langue française, inspirés par la littérature. Pierre Guénard, auteur, chanteur, slameur par le passé, Colin Russeil, batteur et clavier, rencontré au lycée, et Manu Ralambo, guitariste embarqué plus tard, se sont soudés il y a trois ans autour de ce projet. Des sons de guitare puissants et variés qui sont venus à Manu naturellement au gré des mots écrits par Pierre. Une logique pour affirmer une envie frénétique de partir ailleurs. Des guitares pleines de force, de mélodies et d'aspérités. Après Higelin, Bashung, Thiéfaine, Noir Désir... il existe dans le rock français aujourd'hui avec Radio Elvis et à l'instar de Feu! Chatterton, le meilleur des guitares, de l'énergie, de la langue française et les rêves les plus audacieux pour lutter contre l'enfermement et la facilité. Cousinage, influence, filiation ? Peu importe tant que c'est bon ! Dimoné n'est pas de ces dociles caboteurs longeant le rivage. Il préfère mettre cap au large, chercher les remous. Sélection des chantiers des Francos 2015, ce poète-cartographe sillonne d'impétueux courants intérieurs, vogue de rêves en fantasmes, essuie doutes et constats. Pour finalement jeter l'ancre en des territoires inexplorés, entre 40èmes rougissants et 50èmes urgents, là où la pudeur le dispute à la sincérité, le sacré au secret, le rageur au tendre. À rebours des chroniques du quotidien, son écriture affûtée aspire à l'universel. Sa plume caresse l'homme « au plus près de l'os », cisèle le verbe avec élégance, au gré des jeux de mots et doubles sens. D'une voix pénétrante à la fois grave et soyeuse, il distille une poésie sans fard, presque charnelle, posée sur une pop mélodique portée par les guitares. Dandy démon, Dimoné grésille, irradie, bouillonne, crépite et nous submerge.